2017...

award-48

L’ Université de la Manouba, Tunis, invite le politologue et auteur Philippe DUJARDIN pour deux conférences-rencontres.

Lundi 30 mai (10H-12H) – à L’ISAMM – Institut Supérieur des Arts Multimédia de la Manouba – “Du langage académique au langage de la fable”.

Mardi 31 mai (9H30-12H) – à ISHTC – Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine – ” La Chose publique, objet carrefour. Entre science politique, histoire, anthropologie”.

© Slim Belhiba

La Chose Publique

Ce conte du citoyen, qui cherche à ennoblir la geste « politique » – en rappelant que les humains, de tout temps, ont pratiqué l’assemblage – est aussi un merveilleux outil pour questionner la démocratie. Il invite au dialogue, à la participation, à retrouver le statut de citoyen et à « ranger les couteaux ». L’auteur a écrit cette histoire pour la jeunesse,…pour des lecteurs de tous âges.

Nous avons le désir que ce texte (accompagné de débats et rencontres), et grâce à sa traduction en dialectal et son édition bilingue par SUD ÉDITIONS, Tunis, soit de plus en plus lu, représenté, transposé dans des écoles, des universités, théâtres… aussi bien en France qu’en Tunisie.

Ce qu’ils en disent…

Radio RTCI

Campus – Tunis. Vendredi 24 février 2017 Kmar Bendana, Majd Mastoura, interviewés par Ahlem Ghazaya

single-folded-content

Article sur “La Chose Publique” 

Retour sur un texte-passerelle de Hatem BOURIAL

LE TEMPS (Tunis), 26 décembre 2017

À Découvrir 

“Entre les affaires publiques et l’université : le théâtre ! “ Les humains sont des rassembleurs... Ils composent des rhapsodies. C’est ainsi que Majd Mastoura et un groupe de jeunes comédiens ont exprimé une question délicate qui occupe notre vie quotidienne en Tunisie (…) Un ensemble de mots et de significations qui tracent les contours du citoyen agissant dans l’espace publique, celui qui refuse, accepte, conteste, regroupe les éléments, construit l’opinion et le positionnement, exerce ses droits et se soumet aux devoirs. (…) Les mots qui relient les sens préoccupent quotidiennement le citoyen tunisien, l’étudiant tunisien, la société tunisienne. Tous cherchent depuis des années un équilibre dans leurs choix et dans leurs jugements sur l’organisation des pouvoirs c’est à dire qu’ils cherchent à comprendre la « chose publique.»

Soumaya Berrejeb

(sur le site de l’UMA)

“Merci pour ces images ! Voilà un partenariat qui semble très réussi.”

Abraham Bengio

“Un moment de plaisir pur. Merci aux comédiens-lecteurs, à Majd, à Françoise et à Kmar. Lecture de la Chose publique à la FILT.”

Insaf Machta

“Très belle performance aujourd'hui de La Chose publique à l'ISAMM, une belle mise en scène, des voix sortant de partout en français et en tunisien, un régal ! Ne ratez pas les prochaines représentations !”

Sihem Sidaoui

La Chose Publique en décentralisation

Sousse, Monastir, Ksibet

Formation théâtrale autour du texte “La chose publique“.

À l’Institut Supérieur Professionnel de Tourisme de Sousse.

Pendant cinq jours, du 20 au 24 mars, les étudiants des universités de Jendouba, Gafsa et Kairouan se sont réunis pour participer à une formation de théâtre organisée par l’Institut français de Tunisie. La formation était encadrée par Françoise Coupat, metteure en scène, assistée de Majd Mastoura, comédien et avait pour objectif la transposition du livret La chose publique de Philippe Dujardin.

Festival FITUM

Festival FITUM

Au Café Culturel Dar El HABIB 

Café culturel Monastir

Café culturel Monastir

Kisbet, Août 2017

Huit formidables jeunes de Ksibet ! Un Atelier théâtre, du 17 au 26 août 2017, parrainé par le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES, antenne Monastir), l’Association Théâtre de Ksibet, leur professeur de français, Atef AYED, et professeur de théâtre Slim AMOR.

Retour à Lyon ... Grenoble